The Laundromat – Les loups de Panama

Présenté en sélection officielle à la Mostra de Venise, la comédie noire de Steven Soderbergh se paye la tête du cabinet d’avocat à l’origine de l’affaire des Panama Papers, tout en tentant de nous initier au système des paradis fiscaux.

Par Lisa Muratore

Temps de lecture 3 min.

The Laundromat

Bande Annonce

Certaines laveries (Laundromat en anglais) servent à blanchir de d’argent.  Mais en 2016, la fuite des « Panama Papers » dans la presse a ouvert les portes d’un des plus grand lavomatiques à billets verts du monde. Ces documents révélaient les pratiques controversées (et légales) du cabinet panaméen Mossack-Fonséca pour le compte de ses riches clients ayant recours à des sociétés écrans pour échapper aux impôts.

Continuant son partenariat avec Netflix, pour qui il a déjà réalisé High Flying Bird l’insatiable Steven Soderbergh revient ici à l’un de ses thèmes de prédilection : l’argent et la stratégie pour l’acquérir. A travers les casses des plus grands casinos dans la trilogie des Ocean ou par le biais de minutieuses enquêtes sur le marché de la drogue (Traffic, 2000) ou l’industrie agroalimentaire (The Informant !, 2009). Avec The Laundromat c’est dans le plus insaisissable des marchés que Soderbergh nous plonge. Celui des trucages financiers et des paradis fiscaux.

Soderbergh explore la poreuse frontière entre vérité et mensonge
qui est commune à la fiction et à la finance

La farce du siècle
Utilisant tous les artifices du cinéma, le film débute avec le duo Gary Oldman et Antonio Banderas qui dans un long plan-séquence introduisent le thème du film en passant irrationnellement d’un désert à l’ambiance sombre d’un club. Ils incarnent Jürgen Mossack et Ramon Fonseca, les deux avocats cyniques qui seront les narrateurs de l’affaire. Ils inculquent aux spectateurs les informations de base sur les rouages de l’arnaque, affublés de smokings pailletés et d’un air narquois. Il brisent le quatrième mur, un procédé qui rappelle la voix off de Jordan Belfort dans Le Loup de Wall Street ou les séquences pédagogiques de Margot Robbie ou Selena Gomez de The Big Short : le Casse du Siècle, sans en retrouver tout à fait l’énergie vorace. On croisera Sharon Stone en agent immobilière de second plan, Jeffrey Wright en assureur véreux ou Mathias Schoenaerts dans la peau d’un avide homme d’affaire. Tout ce beau monde levant le masque sur un vaste système de fraude aux nombreuses ramifications.

Un film politique
Face à eux, l’excellente Meryl Streep symbolise les « humbles ». Devenue veuve après un accident de bateau, elle réalise que la société d’assurance censée l’indemniser pour la mort de son mari n’est en réalité qu’une société écran crée par Mossack-Fonséca et basée aux Iles Vierges. Lors d’un monologue final un poil démonstratif, l’actrice se débarrasse de ses postiches alors qu’on réalise que la plupart des décors était de carton-pâte et que l’on est dans un gigantesque studio de cinéma, comme une métaphore de ce système financier factice et virtuel. Soderbergh explorer la poreuse frontière entre vérité et mensonge qui est commune à la fiction et à la finance.

Le réalisateur tacle les États-Unis (qui font la chasse aux Paradis Fiscaux exotiques et laissent le Delaware ou le Nevada avoir exactement les mêmes pratiques sur leur sol), il se tacle lui-même (avouant avoir possédé cinq sociétés apparaissant dans les « Panama Paper » alors que son scénariste en avait également une) mais se garde toutefois d’évoquer le cas de son diffuseur (Netflix, accusé de ne pas payer ses impôts en Europe grâce à une antenne basée aux Iles Caïmans). Personne n’est parfait !

Voir aussi

Gagarine, en salles en 2021

Films
9 février 2021

CINETIQUE, les journées du cinéma en mouvement

Top des films d'immeubles

Somewhere Else et Dulac Cinémas unissent leur force pour vous proposer une sélection hebdomadaire de films, accompagnés d'animations pour nourrir votre projection. Cette semaine sur Somewhere Else, gros plan sur…

Disponible sur Mubi

Films
27 avril 2021

Miss Lovely, au-delà des frontières

Critique

Somewhere Else et Dulac Cinémas unissent leur force pour vous proposer une sélection hebdomadaire de films, accompagnés d’animations pour nourrir votre projection. Cette semaine, gros plan sur Miss Lovely, d’Ashim…