Port Authority – Gender Story

Premier film de Danielle Lessovitz, Port Authority nous fait découvrir
la résurrection de l’univers du Voguing new-yorkais, trente ans après le tube de Madonna.
Nous avons rencontré sa star transgenre Leyna Bloom.

Par Jacques Braunstein
Photos de Thierry Lebraly

Temps de lecture 4 min.

Port Authority

Interview

Ovni indé touchant et brillant, Port Authority est un film quasi-documentaire sur l’univers des Ballroom et ses danseurs LGBT+ adeptes du Voguing, tressé de drame social très Festival de Sundance dans la lignée de 99 Home. Signé Danielle Lessovitz dont c’est le premier film, ce récit riche et très bien écrit était présenté à Un Certain Regard. On y croise Fionn Whitehead, acteur anglais découvert dans Dunkerque, en jeune homme perdu dans New York.

Il rencontre McCaul Lombardi, star en devenir du cinéma indépendant , (Nous les Coyotes, Americain Honey, Sollers Pointqui incarne le chef d’un réseau de jeunes marginaux qui organisent des expulsions. Avant de tomber sous le charme de Leyna Bloom, actrice top model transgenre que nous avons rencontrée à Cannes. Comme elle nous l’explique : « New York était l’endroit idéal pour tourner ce film, parce qu’on y voit beaucoup de gens différents, avec des trains de vie variés. Pour moi, il est vital d’avoir des lieux où chacun peut s’exprimer. Et le film prête précisément la voix à des personnages auxquels tous les spectateurs peuvent s’identifier. Il célèbre la diversité et permet de réunir les spectateurs ».

  • Cannes

Voir aussi

The Bee Gees: How Can You Mend a Broken Heart (disponible en DVD et Blu-Ray)

FilmsSoundtrack
17 mars 2021

Documentaire musical

Soundtrack

The Bee Gees: How Can You Mend a Broken Heart se démarque en s’attaquant au cœur du sujet : la fabrication de ces pop songs qui traversent le temps, l’instant…

En salle

Films
3 juin 2021

The Amusement Park de George A. Romero

Sélection

Un nouveau film de George A. Romero ? The Amusement Park, cuvée 1973 et resté inédit, sort en salles cette semaine. Ici pas de morts-vivants, mais une satire bien saignante…