Perdrix

Les comédiens Swann Arlaud et Maud Wyler nous racontent le premier film d’Erwan Leduc, une comédie entre absurde et émotions.

Par Jacques Braunstein
Photos de Thierry Lebraly

Temps de lecture 2 min.

Perdrix

Interview

Une femme, au volant d’une BMW orange (Maud Wyler), s’arrête dans une forêt pour écrire et dessiner sur son carnet. Une autre femme, nue, lui vole sa voiture. Elle se rend alors à la gendarmerie où un capitaine (Swann Arlaud, César 2018 pour Petit Paysan) lui explique, un peu dépassé, que c’est courant dans la région où sévit un groupuscule de nudistes révolutionnaires. Désœuvrée et intriguée par ce drôle de gendarme, la jeune femme qui a toujours voulu vivre sans attaches, sonne plus tard chez lui et découvre la famille Perdrix, un clan résolument foutraque. Une mère (Fanny Ardant) qui fait une émission de libre antenne sur le grand amour pour une radio associative. Un frère (Nicolas Maury vu dans Dix Pour Cent) qui étudie les vers de terre, et sa fille ado qui aimerait bien quitter cette maison de dingue. L’amour peut-il naître entre deux êtres si dissemblables ? Entre émotion et humour loufoque, Erwan Leduc s’inscrit d’emblée dans cette veine qui a donné Victoria de Justine Triet (présenté à la Semaine de la Critique voici deux ans) ou En Liberté ! de Pierre Salvadori (primé à la Quinzaine l’an passé). Celle d’un cinéma d’auteur drôle et exigeant. On ne peut qu’en sourire !

  • Cannes

Voir aussi

Le 19/06/2019 en salle

Films
17 juin 2019

Tolkien

Ligue du LOL ?

À l’occasion de la sortie de Tolkien de Dome Karukoski, qui met en lumière le cercle d’amitié de l’auteur du Seigneur des Anneaux, décryptage de la culture des boys’ clubs…

Le 19/06/2019 en salle

Films
18 juin 2019

Le Choc du futur

Femme machine

Le premier film du producteur de musique Marc Collin remonte aux sources de l’électro à travers le regard d’une jeune prodige des synthétiseurs. On a rencontré le réalisateur Marc Collin…