Le Choc du futur – Femme machine

Le producteur de musique bien connu, Marc Collin a réalisé son premier film.
Il remonte aux sources de l’électro à travers le regard d’une jeune prodige des synthétiseurs.
Nous avons rencontré le réalisateur et son actrice, Alma Jodorowsky.

Par Caroline Veunac

Temps de lecture 3 min.

Le Choc du futur

Interview

On connaissait Marc Collin comme producteur issue de la french touch : Ollano, Dirty Jesus ou Nouvelle Vague, sa joyeuse entreprise de réarrangement des tubes new wave. Le revoilà derrière la caméra pour un premier long-métrage forcément musical, Le Choc du futur. L’histoire minimaliste – très Nouvelle Vague justement – d’une jeune femme de la fin des années 70 qui cherche à s’imposer sur la scène électro naissante. Tourné dans un appart’ parisien, centré sur le face à face d’Ana (Alma Jodorowsky) avec l’imposante machine dont elle essaye d’extraire les sons qu’elle a dans la tête, le film se veut un hommage aux pionnières méconnues de la musique électronique : Suzanne Ciani, Eliane Radigue, Pauline Oliveros, Laurie Spiegel

Un hommage aux pionnières méconnues
de la musique électronique

Plus ou moins oubliées, ces artistes ont contribué à l’essor d’un courant qui, peut-être plus que le rock, ouvrait la porte au féminin. Qu’il s’offre un caméo discret de l’icône eighties Ellie Medeiros, ou qu’il mette en scène une session d’osmose artistique entre son héroïne et une chanteuse jouée par la vraie Clara Luciani, Le Choc du futur affirme, avec une modestie rafraîchissante, l’importance des femmes créatrices dans l’histoire de cette musique. Marc Collin et Alma Jodorowsky nous en disent un peu plus.

Voir aussi

Le 27/11/19 en salle

Films
25 novembre 2019

Last Christmas

Love Actualisé

De la rom-com, Noël, des morceaux de Wham! le groupe de George Michael et un pitch un peu trop roboratif, le film de Paul Feig est parfait pour les fêtes.…

Le 27/11/19 en salle

Films
25 novembre 2019

Chanson Douce

La main sur le berceau

Adapter un roman, c’est déjà un sacré challenge. Mais quand il s’agit d’un Goncourt, c’est une autre paire de manches que Lucie Borleteau ne relève pas tout à fait.