Frankenstein Junior

Sorti en 1974, le chef-d’œuvre de Mel Brooks est inusable : 46 ans après sa sortie,
le revoir provoque inlassablement la joie à l’état pure. Le refuge idéal où
se retrancher quand le présent se fait trop déprimant.

Par Caroline Veunac

Temps de lecture 1 min

Frankenstein Junior

Bande annonce

Depuis le temps, on peut le dire : Frankenstein Junior est l’une des comédies les plus drôles et les plus parfaites jamais tournées. Grâce à la beauté du noir et blanc et des décors, tout droit sortis d’un film d’horreur des années 30, cette version déconnante du roman de Mary Shelley ressuscite la poésie d’un cinéma perdu tout en le parodiant. Co-écrit par Mel Brooks et son acteur Gene Wilder, qui incarne le Dr. Frederick Frankenstein, descendant exalté de l’illustre Victor, le film est bourré de scènes culte à se rouler par terre, peut-être encore plus savoureuses en VF (« Une bosse, quelle bosse ? »). Le duo formé par le savant à la mèche folle et l’obséquieux Igor (génial Marty Feldman), le serviteur du château transylvanien où Frankenstein Junior va se laisser gagner par la folie de son aïeul, est inoubliable de dinguerie. Et dans ses innombrables moments de grâce, Frankenstein Junior produit un mélange unique d’émotion cinéphile éperdue et d’incontrôlable hilarité.

Disponible en VOD

Voir aussi

En salle le 26 mai

Films
26 mai 2021

Nora Martirosyan, réalisatrice de Si le vent tombe

interview

Labélisé par le Festival de Cannes et l’ACID en 2020, Si le vent tombe suit le séjour d’un ingénieur français envoyé dans le Haut-Karabakh, petite république de Transcaucasie qui fonde…

Pascal Plante, réalisateur de Nadia, Butterfly

Films
3 août 2021

« Le sport d’élite est un univers parallèle. »

Interview

Après Les Faux Tatouages en 2017, le Québécois Pascal Plante épate avec son deuxième long-métrage, Nadia Butterfly. Sélectionné à Cannes en 2020, ce film très sensoriel nous plonge avec brio…