El Topo

Réalisé en 1970, le deuxième et plus célèbre film de ce fou furieux Alejandro Jodorowsky
met Buñuel et Corbucci dans un mixeur et presse très fort.
Le résultat ? Un cocktail molotov, onirique et déjanté.

Par Caroline Veunac

Temps de lecture 1 min

Dans le contexte lié à la propagation du COVID-19, Somewhere Else vous propose chaque jour un film de plein air que nous aimons particulièrement. Une sélection de bulles de cinéma pour sortir de chez vous par le biais du 7e art !

 

El Topo

Bande-Annonce

La drogue, c’est mal, sauf quand elle est strictement cinématographique. Dans le western au LSD réalisé par Alejandro Jodorowsky en 1970, c’est open bar : sous influence buñuelienne, le Mexicain nous fait partager ses hallucinations meurtrières, sexuelles, oniriques et mystiques pour un grand trip visuel, bordélique et provocateur. Incarnant lui-même El Topo, squelette de cow-boy qui traverse le désert en quête de spiritualité, Jodorowsky s’approprie l’imagerie du western spaghetti pour en faire le théâtre de ses délires surréalistes. Devenu culte grâce au couple John Lennon-Yoko Ono, qui lui déclara sa flamme à sa sortie, El Topo inaugura la mode des midnight movies, ces films trop incorrects pour être projetés à l’heure des familles. Cinquante ans après, le grand n’importe nawak du futur chantre de la psycho-magie fait toujours merveille quand la réalité nous paraît trop étriquée.

Disponible en VOD

Voir aussi

Gagarine, en salles en 2021

Films
9 février 2021

CINETIQUE, les journées du cinéma en mouvement

Top des films d'immeubles

Somewhere Else et Dulac Cinémas unissent leur force pour vous proposer une sélection hebdomadaire de films, accompagnés d'animations pour nourrir votre projection. Cette semaine sur Somewhere Else, gros plan sur…

Disponible sur Mubi

Films
27 avril 2021

Miss Lovely, au-delà des frontières

Critique

Somewhere Else et Dulac Cinémas unissent leur force pour vous proposer une sélection hebdomadaire de films, accompagnés d’animations pour nourrir votre projection. Cette semaine, gros plan sur Miss Lovely, d’Ashim…