Basic Instinct

La beauté et l’intelligence dévastatrices de Sharon Stone explosent aux yeux du monde
dans ce film de 1992 où ce plaisantin de Paul Verhoeven, à la limite de la pantalonnade,
retourne comme un gant la domination phallique. Jouissif.

Par Caroline Veunac

Temps de lecture 1 min

Basic Instinct

Bande annonce

Pourtant très ancré dans son époque, le début des années 90 encore sous influence eighties, Basic Instinct se revoit avec un plaisir intact. Dans ce thriller outrancier, le flic campé par Michael Douglas est chauffé à blanc par la suspecte d’un meurtre, une romancière de polars du nom de Catherine Tramell, qui aime jouer au chat et à la souris. C’est hautement divertissant. Sur les hauteurs de San Francisco, Verhoeven rejoue Vertigo en mode bling bling, mais ici pas de métaphore du passage à l’acte : les scènes de cul, filmées comme il se doit comme des scènes de meurtre, sont tout à fait explicites. Maniant le pic à glace, Sharon Stone, d’une beauté insensée, incarne avec aplomb une femme virile. On jubile de la voir plaquer sur un mur ce mâle alpha de Michael Douglas, qui ne sait plus s’il est terrifié ou s’il adore ça. Ou décroiser les jambes sans culotte devant un parterre de policiers qui en perdent tous leurs moyens. Initiant la mode du néo-noir sexy (Last seduction, Lost Highway, Sex Intentions…), Basic Instinct enfermera quelque peu ses deux acteurs dans leur rôle, la prédatrice pour elle, la masculinité mise à mal pour lui.

Disponible en VOD

Voir aussi

Disponible sur la plateforme du festival de de Gérardmer : https://online.festival-gerardmer.com/

Films
28 janvier 2021

Possessor

Critique

Avec Possessor, en compétition au Festival international du film fantastique de Gérardmer, le "fils de" Brandon Cronenberg coupe le cordon. Une œuvre haletante de bout en bout, qui marque l’éclosion…

Musée du Quai Branly - Jacques Chirac

Films
5 mai 2021

Kim O’Bomsawin, réalisatrice de Je m’appelle humain

Interview

Transmettre, faire connaître : c’est ce même désir qui anime la cinéaste Kim O’Bomsawin et la poète Innue Joséphine Bacon, figure inspirée et inspirante, sujet principal du documentaire Je m’appelle…