Les clips de l’été #4
Queen Kong

Son nom claque comme un film hollywoodien et son style est hautement cinématographique : portrait d’Alice Kong, la jeune réalisatrice qui monte, à travers le dernier clip sur lequel elle a posé sa signature, celui d’Equilibrium, le nouveau titre de Darius.

Par Caroline Veunac & Quentin Moyon

Temps de lecture 5 min.

Equilibrium

Clip

Darius x Wayne Snow – Equilibrium
Des couleurs saturées, des mises en scène extravagantes et très graphiques, un petit quelque chose de rétro… On commence à reconnaître la patte d’Alice Kong. Naviguant depuis plusieurs années à la frontière de la mode, de la vidéo et du cinéma, la jeune femme a collaboré pour de grandes marques, Hermès ou Sonia Rykiel, déjà réalisé plusieurs clips pour le label Roche Musique, ainsi que des courts-métrages de fiction, Le Casting et Two Lips, avec le collectif Partizan. Cette fois, ses visions singulières se mettent au service du nouveau morceau de Darius, Equilibrium, qui marque la deuxième collaboration du producteur électro français avec le chanteur soul d’origine nigériane Wayne Snow. Le son de Darius, nu et planant, a quelque chose de solaire. Le clip imaginé par Alice Kong l’est tout autant.

« Imaginez de rester collé physiquement à quelqu’un que vous détestez » : tel est le point de départ choisi par la réalisatrice pour illustrer « l’équilibre » du titre. Un accident de voiture, une dispute, une bagarre généralisée… Dans un petit village écrasé de soleil, les corps d’un groupe de gens se combattent, avant de finir collés les uns aux autres, comme aimantés par un étrange nuage aux couleurs de l’arc-en-ciel. Malgré les tensions internes, tout le monde est obligé d’avancer dans la même direction. « J’ai voulu illustrer avec absurdité et extravagance la définition de l’équilibre, un état dans lequel les forces opposées sont parfaitement équilibrées » , éclaire la réalisatrice. Si l’on pourra toujours déceler l’influence d’un Michel Gondry dans ce conte à la fois moderne et bricolo, aux couleurs pop acidulées, on est surtout frappé par la liberté créative d’Alice Kong.

Pour Equilibrium, elle laisse libre court à son univers pop émoussé, où le corps et ses interactions sont mis en scène de façon surréaliste, presque cartoonesque. En identifiant chaque personnage par sa fonction et son uniforme (la mariée, le touriste, le footballeur, le déménageur), Alice Kong porte un regard malicieux sur le corps social et ses archétypes, interprétés ici sous une forme joyeuse et pleine de vie. Un parti-pris positif que la jeune femme résumait récemment dans une interview au Parisien : « Mon combat est celui de l’optimisme. »

Voir aussi

En salle le 2 juin

Films
31 mai 2021

Nine Antico, réalisatrice de Playlist

interview

Ce mercredi sort en salle Playlist, premier long-métrage de Nine Antico. L’autrice de BD signe ici une jolie comédie en noir et blanc, avec Sara Forestier dans la peau d’une…

Disponible sur Mubi

Films
6 avril 2021

The Fountain, quinze ans après

Critique

Somewhere Else et Dulac Cinémas unissent leur force pour vous proposer une sélection hebdomadaire de films, accompagnés d’animations pour nourrir votre projection. Cette semaine, retour sur The Fountain de Darren…