Festival de Cannes- Notre top ten de la Croisette

Films, tendances, hommages…
Les dix choses que l’on attend le plus lors de ce 72e Festival de Cannes.

Par Jacques Braunstein

Temps de lecture 5 min.


1. Hollywood is back

Plus vraiment en odeur de sainteté à Hollywood depuis l’affaire Weinstein (son producteur), Quentin Tarantino revient là où il a été couronné en 1994. Obtenant la quatrième Palme américaine en cinq ans après Soderbergh, les frères Coen et David Lynch. Grand retour du cinéma d’auteur pop donc que ce 9e film de Tarantino : Once Upon a Time… In Hollywood qui porte un regard corrosif sur la cité du cinéma à la fin de l’âge d’or et évoque la famille Manson et le meurtre de Sharon Tate. Et il ne vient pas seul puisque son vieux complice, le mexicain Robert Rodriguez (Desperados, Sin City…), présente Red 11 à la Semaine de la Critique.


2. Zombie Land

Le cinéma de genre est à l’honneur cette année avec, en film d’ouverture de la Sélection Officielle The Dead Don’t Die de Jim Jarmusch (Dead Man, Ghost Dog…). Un film de Zombies au casting flamboyant. Les acteurs Bill Murray, Adam Driver, Chloé Sévigny et les musiciens Tom Waits, RZA, Iggy Pop et Selena Gomez…. Et il n’est pas le seul, puisque Bertrand Bonello (Saint Laurent) présente Zombi Child (un film en costume aux racines du vaudou) à la Quinzaine des réalisateurs. Notons encore Vivarium, intrigant film de science fiction façon Twilight Zone, de Lorcan Finnegan avec Imogen Poots et Jesse Eisenberg, à la Semaine de la Critique…


3. French Pop

Après Le monde est à toi de Romain Gavras qui a électrisé la Quinzaine l’an passé, un autre membre du collectif Kourtragemé, Ladj Ly, présente Les Misérables, son premier long métrage de fiction en Sélection Officielle. Alors que Quentin Dupieux, le cinéaste le plus inclassable du cinéma Français (Wrong, Wrong Cop, Au Poste…), également connu comme musicien sous le nom de Mr. Oizo, présente Le Daim avec Jean Dujardin. Et que l’éternel trublion du Festival, Gaspar Noé (Irréversible, Climax récompensé à la Quinzaine l’an passé…) montre Lux Æterna en séance de minuit. Son clip pour SebastiAn sorti le 9 mai en est peut-être un avant-goût…


4. Les françaises en force

Quatre femmes sur 21 réalisateur.trice.s en Sélection Officielle, ce n’est pas énorme… Mais côté français, deux sur quatre c’est plus remarquable. Après Victoria, sa géniale anti-comédie romantique présentée à la Semaine de la critique en 2016, Justine Triet revient avec Sibyl où l’on retrouve Virginie Efira. Et avec en prime Adèle Exarchopoulos et Gaspard Ulliel. Alors que Céline Sciamma présente Portrait de la jeune fille en feu avec Adèle Haenel, sa complice depuis Naissance des pieuvres. À la Quinzaine, on note Une fille facile de Rebecca Zlotowski (Belle Épine, Planétarium…). Et La femme de mon frère de Monia Chokri (même si elle est Québécoise) en ouverture d’Un Certain Regard.


5. L’Asie en tout genre

Après la polémique Okja (film Netflix en compétition en 2016), le réalisateur coréen de de films fantastiques Bong Joon-Ho est de retour en compétition officielle avec Parasite. Et ce n’est pas le seul film de genre asiatique à avoir l’honneur de cette sélection. Le thriller Le lac aux oies sauvages de Diao Yi’nan est également en compétition. Alors que Nina Wu de Midi Z, film inspiré de l’affaire #MeToo, est sélectionné à Un Certain Regard.


6. Comédies d’ici

Après le succès de En liberté ! et du Grand Bain présentés sur la Croisette l’an passé, la comédie française revient en force avec Alice et le maire de Nicolas Pariser, Yves de Benoît Forgeard et Perdrix de Erwan Le Duc à la Quinzaine. Ainsi que La Belle Époque de Nicolas Bedos et Hors Normes de Toledano et Nakache, présentés hors compétition.


7. Pedro Forever
Il a présenté six films à Cannes et il a même été président du jury en 2016. Mais les longs-métrages de Pedro Almodovar n’ont récolté qu’un prix de la mise en scène pour Tout sur ma mère (2000) et un prix d’interprétation féminine commun à tous le casting de Volver (Penélope Cruz, Carmen Maura…). Il est en compétition avec Douleur et gloire, film plus ou moins autobiographique… Son cinéma queer, féministe et engagé en fait un sérieux candidat pour la Palme cette année.



8. Les Revenants

Les frères Dardenne et Ken Loach ont déjà reçu deux Palmes d’Or et espèrent peut-être être les premiers cinéastes à en recevoir une troisième avec, respectivement, Le jeune Ahmed et Pardon de vous avoir manqué. Terrence Malick et Abdellatif Kechiche ont déjà eu une Palme et aimeraient rejoindre avec Une vie Cachée pour l’américain et Mektoub My Love : Intermezzo pour le français, le club très fermé des réalisateurs deux fois palmés (7 cinéastes dont Coppola, Haneke, Kusturica…). Ou, plus simplement, ils aiment le Festival et le Festival les aime.


9. Les Impétrants

Il n’a que 30 ans, mais Xavier Dolan a déjà reçu deux des Prix de la Quinzaine (J’ai tué ma mère), un Prix de la jeunesse (Les amours Imaginaires), une Queer Palm (Laurence Anyways), Un Prix du Jury (Mommy) et un Grand Prix (Juste la fin du monde). Désormais il veut sa Palme ! Et revient avec un film dans lequel il joue : Matthias & Maxime. De même, souvent donné gagnant par la critique française et toujours reparti bredouille, Arnaud Desplechin est de retour en compétition officielle avec Roubaix, une lumière, son premier polar tiré d’une histoire vraie avec Roschdy Zem et Léa Seydoux. Comme Christophe Honoré qui a déjà présenté deux films à Cannes et revient dans la sélection Un certain regard avec Chambre 212. Un long-métrage au casting excitant : Chiara Mastroianni, Vincent Lacoste, Camille Cottin…


10. Hommages & Nostalgie

Une Palme d’honneur pour Alain Delon, la légende française jamais récompensée à Cannes (même si Le Guépard de Visconti avait obtenu la Palme d’Or 1963). Un hommage à Agnès Varda, décédée cette année qui, jeune et minuscule lors du tournage de La Pointe Courte, fait l’affiche du festival cette année… Et un retour hors-compétition pour Claude Lelouch. Palme d’Or 1966 avec Un homme et une femme, il en présente la suite plus de 50 ans après. Les plus belles années de la vie, toujours avec Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée…

VOIR AUSSI

Depuis le 14/12/2019 sur Netflix

Films
6 janvier 2019

ROMA

Un coeur simple

Premier long-métrage d’une plateforme de VOD à recevoir un grand prix dans un Festival (Lion d’Or à la Mostra de Venise), Roma ou l’atterrissage virtuose du réalisateur de Gravity, Alfonso…

Le 06/02/2019 en salle

Films
7 février 2019

My Beautiful Boy 

Rehab, mode d'emploi

Inspiré d’une histoire vraie, le film de Felix Van Groeningen montre l’amour irréductible d’un père pour son fils accro à la meth.