Clipanorama #19

Chaque semaine, on vous propose une sélection des clips les plus cinématographiques du moment. Aujourd’hui, zoom sur le dernier EP de Massive Attack, Eutopia.

Par Quentin Moyon & Valentine Bounaud

Temps de lecture 10 min.

Massive Attack revient, plus engagé que jamais. Depuis la sortie de son dernier EP, The Spoils, il y a quatre ans, le groupe de trip-hop britannique ne s’est pas contenté d’une tournée pour les vingt ans de son album culte Mezzanine : 3D et sa bande ont aussi occupé la scène politique en participant aux actions du groupe écologiste radical Extinction Rebellion.

On ne sera donc pas surpris que leur nouvel EP, Eutopia, brûle d’une flamme militante. Les trois titres qui composent le disque annoncent la couleur : #CLIMATEMERGENCY (urgence climatique), #TAXHAVENS (paradis fiscaux), #UNIVERSALBASICINCOME (revenu minimum universel). On ne peut pas être plus explicite. Enregistré ce printemps en pleine crise sanitaire, depuis les cinq villes du monde où ses différents participants étaient confinés, ce pavé musical dans la mare du capitalisme triomphant fait se répondre les voix d’artistes amis et celles d’économistes œuvrant à l’émergence d’un nouveau modèle de développement.

Posé sur les mélodies façonnées par le groupe de Bristol, et sur les images conçues en collaboration avec le documentariste Mark Donne et l’artiste allemand Mario Klingemann, dont le travail s’inspire des algorithmes et de l’intelligence artificielle, ce dialogue entre création et politique a valeur de manifeste. Baptisé Eutopia en référence au traité philosophique de Thomas More L’Utopie (1516), livre de chevet de ceux qui veulent changer le monde, le nouveau Massive Attack est un disque de combat : il y a une faute au mot utopie, et il est grand temps de la corriger.

Climate Emergency

Clip

Massive Attack x Algiers (ft. Christiana Figueres) – Climate Emergency
Le premier titre d’Eutopia met en synergie le groupe de rock américain Algiers et Christina Figueres, ex-secrétaire de la convention-cadre des Nations-Unies relative aux changements climatiques. Sur les accords entêtants arrangés par Massive Attack et interprétés par Algiers, la voix claire de la diplomate clame le rôle de catalyseur de la crise du Covid-19 sur une situation mondiale déjà profondément instable socialement et environnementalement. En toile de fond, l’artiste visuel Mario Klingemann fait clignoter des têtes de mort phosphorescentes, qui se rapprochent et s’éloignent de nous comme autant de signaux d’alarme. Pour contrebalancer cette imagerie morbide, Christiana Figueres en appelle à notre capacité de résilience et notre volonté de construire un monde plus solidaire. Danger de mort, lucidité, espoir : on ne pourra pas dire qu’on n’a pas été prévenu.

Tax Havens

Clip

Massive Attack x Saul Williams (ft. Professor Gabriel Zucman) – Tax Havens
C’est au tour du poète et slamer américain Saul Williams de prendre le micro, pour entremêler sa voix suave à celle de l’économiste français Gabriel Zucman, professeur à l’Université de Berkeley et chantre de la taxation des plus riches. Comme le titre du morceau l’annonce sans ambiguïté, il s’agit cette fois de dénoncer vertement les paradis fiscaux. Via la mise en images de Mario Klingemann, qui zoome lentement au cœur d’une vieille carte du monde, les faits et théories énoncés par l’universitaire semblent avoir une action directe sur les mutations des territoires et des frontières, qui bougent et se reforment. Une manière de démontrer par la musique et par l’image que les idées peuvent concrètement changer le monde.

Universal Basic Income

Clip

Massive Attack x Young Fathers (ft. Professor Guy Standing) – Universal Basic Income
Dans le troisième clip, c’est la voix de l’économiste britannique Guy Standing, créateur de la théorie du revenu universel, qui s’articule à celle du groupe de hip-hop écossais Young Fathers. Pour illustrer cet échange musico-conférenciel, qui met en évidence le fossé entre une majorité de pauvres et une minorité d’ultra-riches et en appelle au revenu universel pour rétablir l’équilibre, Mario Klingemann imagine un visage qui morphe, comme pour synthétiser en cinq minutes de clip sept milliards d’êtres humains, ramenés sur un pied d’égalité. À la manière du clip Black or White de Michael Jackson, en plus solennel… En 2021, l’insouciance du début des années 90 n’est plus à l’ordre du jour.

Voir aussi

Le 22 juillet au cinéma

Films
17 juillet 2020

The King of Staten Island

Critique + Interview

Très en forme, Judd Apatow s’inspire de la vie du comique Pete Davidson pour faire la chronique plus douce qu’amère d’un passage difficile à l’âge adulte, dans une Amérique populaire…

Le 22 juillet au cinéma

Films
20 juillet 2020

Rodrigo Sorogoyen : « Je crois que Madre n’est pas un film pour l’Espagne. »

Interview

Après El Reino, le prodige du cinéma espagnol Rodrigo Sorogoyen récidive avec Madre, un drame sur le deuil filmé à la manière d’un thriller. De passage à Paris, il nous…