Solar Opposites sur Disney +

Alien, trop alien

Le nouveau bébé du cocréateur de Rick et Morty Justin Roiland s’appelle Solar Opposites : une histoire d’aliens en forme de parodie de sitcom familiale, pour mieux chercher à percer à jour le genre humain à grands coups de rire, de trash et de méta. Jubilatoire.

Par Perrine Quennesson

Temps de lecture 10 min

Solar Opposites

Bande-Annonce

Imaginez Alf et E.T. crashés dans un épisode de Rendez-vous en terre inconnue, et vous aurez une petite idée de ce qui se trame dans Solar Opposites. La série d’Hulu, disponible en France sur Disney+, suit deux aliens aux caractères opposés, Korvo le grincheux et Terry l’enthousiaste, assortis de leurs enfants/clones, Yumyulack le colérique et Jesse la magnanime. Les naufragés tente de s’accommoder de la vie terrestre après que son vaisseau a échoué par erreur sur notre planète suite à l’explosion de la leur. Oups, on a failli oublié le Puppa qui les accompagne, cet être ressemblant à un étrange bébé limace jaune qui leur a été assigné à leur départ, comme à tous les autres survivants, et dont l’évolution finale a pour but de terraformer la Terre à l’image de feu Shlorp.

Les plus familiers de l’univers de Rick et Morty ne seront pas désarçonnés par ce pitch déjanté : c’est en effet dans l’un des cerveaux de la corrosive série d’Adult Swim, celui de Justin Roiland, qu’il a germé. Si son acolyte Dan Harmon n’est plus de la partie, l’auteur prend cette fois pour copilote un des scénaristes de Rick et Morty, Mike McMahan. Solar Opposites s’inscrit bien dans la continuité de son aînée : elle fait appel au même dessin simple et inventif, au même ton loufoque, ainsi qu’à une voix identique, Korvo partageant le même timbre empressé, hautain, éruptif et accidenté de ce cher Rick (tous les deux doublés par Roiland lui-même). Les deux séries ont également en commun le sens de la parodie. Quand Rick et Morty passait à la moulinette les classiques de la science-fiction, c’est plutôt la sitcom qui fait les frais de Solar Opposites.

« La série de Roiland et McMahan fait de la sitcom un moyen de décortiquer le genre humain. »

Tombés dans une banlieue américaine typique, dans la plus grande indifférence (ou presque) des voisins, Korvo, Terry et leur petite tribu tentent de s’intégrer bon gré, mal gré, et s’inspirent pour cela de ce qu’ils voient à la télé. Ainsi rejouent-ils sous amphétamine une partition bien connue de la famille américaine moyenne, empruntant autant aux Simpson qu’à Modern Family, à Family Guy qu’à Malcolm. Mais comme dans Wandavision, la récente série de Marvel qui projette un couple de super-héros dans des décors de sitcom, cet univers si familier et rassurant devient soudainement inquiétant. Et pas seulement à cause de l’attirail spatial et des éruptions de violence gore.

Dans Solar Opposites, c’est surtout l’observation des Terriens qui fait froid dans le dos. Là où Wandavision utilise la sitcom comme un palliatif à la douleur du deuil, la série de Roiland et McMahan en fait un moyen de décortiquer le genre humain. Avec ses personnages fish out of the water (comme des poissons hors de l’eau), elle tourne le regard vers l’Homme, qui devient l’espèce à observer, pas l’inverse. Nous sommes les extraterrestres aux yeux de Korvo, Terry, Yumyulack et Jesse, qui se sentent indéniablement supérieurs, mais dont la curiosité les poussent à la compassion, voire à la fascination. En apparence plus douce que la nihiliste Rick et Morty, Solar Opposites nous offre in fine une étude éthologique féroce. Pour pointer notre absurdité, nos défaillances et notre cruauté innée, les auteurs nous mettent sous la loupe du microscope : d’épisode en épisode, Yumyulack et Jesse alimentent en humains miniaturisés un terrarium géant installé dans leur chambre, et la série change de temps à autre d’échelle pour évoluer dans cet espace confiné, transformé en mini-New York 1997 par ses occupants revenus à l’état de nature. Cette trouvaille géniale donne le ton d’un univers dingo, hilarant et réflexif, qu’on a hâte de voir se déployer. Ça tombe bien, l’atterrissage de la saison 2 est prévu pour bientôt.

Solar Opposites est disponible sur Disney +

Voir aussi

Films
15 mars 2021

New York, New York

Sélection

New York vous manque ? « Vous aussi, vous manquez à New York City ! » affirment des affiches de l’Office du tourisme new-yorkais dans le métro parisien. Restrictions aériennes…

Disponible sur la plateforme du festival de de Gérardmer : https://online.festival-gerardmer.com/

Films
29 janvier 2021

Host, au Festival du film international de Gérardmer

Critique

Le confinement est-il un bon décor de film d’horreur ? Dans Host, en compétition au Festival de Gérardmer, Rob Savage démontre que oui. Avec des maladresses, mais aussi de bonnes…