Une Colonie – Merci Papa, merci Maman…

Film d’ados sensible et quasi-documentaire, le premier long métrage de fiction de la quebécoise Geneviève Dulude-De Celles s’est vu décerner l’Ours d’Or – Génération lors de la Berlinale 2019. A raison !

Par Quentin Moyon

Temps de lecture 3 min.

Une Colonie

Bande-Annonce

Une Colonie brosse le portrait de Mylia (Emilie Bierre) une jeune fille farouche qui du haut de ses 12 ans s’apprête à découvrir la « grande école », milieu des plus hostiles. Elle y rencontrera Jimmy, un jeune indien Abenaki qui accompagne ses premiers pas dans ce nouveau monde qui implique pour elle de « sortir du cadre » qu’elle connaissait. Une Colonie, véritable récit d’apprentissage se révèle profondément humain. Humanisme de fond d’abord. L’intemporalité du film et la perte de repère face aux divers évènements lui donnent un message universel. On a tous été une fois dans sa vie Mylia, Jacinthe ou Jimmy. On l’est peut-être encore, dans notre recherche constante d’appartenance au « bon » groupe social. Un humanisme de forme ensuite. Le paysage dans lequel le film se déroule n’est autre que le visage de Mylia. Le gros plan, oppressant parfois, permet de découvrir son essence et ses expériences de plus près : quoi de plus humain que l’humain lui-même.

L’intemporalité du film
lui donne un message universel

Geneviève Dulude-De Celles, la réalisatrice québécoise, adopte néanmoins une posture documentaire : toujours à distance malgré la proximité de sa caméra. Une prouesse de dosage pas si étonnante lorsque l’on sait que son film précédent, Bienvenue à F.L. était un documentaire sur de jeunes adolescents… Son œuvre semble donc thématiquement et esthétiquement se rapprocher du Matthias et Maxime de Xavier Dolan . Malgré tout, le film comporte quelque unes des maladresses propres aux premiers films, comme ces métaphores qui manquent de subtilité et de nuance au risque de casser la suspension consentie de l’incrédulité du spectateur. Mais c’est un détail au regard de ce premier exercice de réalisation de fiction pleinement maitrisé.

Voir aussi

En DVD

Films
7 mai 2021

De Sang Froid, de Richard Brooks

Critique

Première adaptation du best-seller de Truman Capote, De Sang Froid a longtemps été perçu comme le modèle du true crime détaillé et réaliste. Une illusion créée de toutes pièces par…

Chloé Mazlo et Yacine Baddy, co-scénaristes de Sous le ciel d'Alice

Films
28 juin 2021

« Il faut être dans une sorte de confrontation constructive »

Interview

Sélectionné à la semaine de la critique en 2020, le premier long-métrage de Chloé Mazlo, Sous le ciel d’Alice, sort en salle cette semaine. Une œuvre pleine de poésie, que…