Un Jour sans fin

Peut-on qualifier de comédie anti-confinement ce film où Bill Murray revit
indéfiniment la même journée ? Oui, car la fable d’Harold Ramis nous
aide à trouver du sens dans la répétition. Et puis ce charme…

Par Caroline Veunac

Temps de lecture 1 min

Un jour sans fin

Bande annonce

Phil Conors, un présentateur météo détestable, se retrouve coincé par les intempéries dans une bourgade de Pennsylvanie, où il est venu couvrir le sacro-saint « Jour de la marmotte ». Lorsqu’il se réveille le lendemain matin, il constate que les évènements de la veille se reproduisent à l’identique. Idem le jour d’après, et le suivant, et le suivant… Sorti en 1993, Un Jour sans fin s’inscrit dans une tradition très américaine de fable morale où, comme dans La Vie est belle de Capra, le fantastique est un prétexte à la transformation du héros. Harold Ramis recrute son copain chasseur de fantômes Bill Murray pour camper un Jimmy Stewart des temps modernes, que la répétition du même forcera à changer, lui, de rapport au monde, notamment pour les beaux yeux de sa productrice, incarnée par Andie McDowell. Imbuvable et adorable, l’acteur nous régale à passer par toutes les stratégies pour tirer profit de la situation, avant de revenir à l’essentiel : l’amour de son prochain. Et si ça nous servait de leçon ?

Disponible en VOD

Voir aussi

The Bee Gees: How Can You Mend a Broken Heart (disponible en DVD et Blu-Ray)

FilmsSoundtrack
17 mars 2021

Documentaire musical

Soundtrack

The Bee Gees: How Can You Mend a Broken Heart se démarque en s’attaquant au cœur du sujet : la fabrication de ces pop songs qui traversent le temps, l’instant…

En salle

Films
3 juin 2021

The Amusement Park de George A. Romero

Sélection

Un nouveau film de George A. Romero ? The Amusement Park, cuvée 1973 et resté inédit, sort en salles cette semaine. Ici pas de morts-vivants, mais une satire bien saignante…