L’amant

Après avoir adapté Le Nom de la Rose d’Umberto Eco, Jean-Jacques Annaud s’attaque
en 1992 à un autre monument de la littérature : L’amant. Et parvient à donner vie
aux souvenirs de Marguerite Duras, qui repense à son initiation sexuelle
dans la moiteur d’une Indochine en fin de course.

Par Olivier Tellier

Temps de lecture 1 min

L’amant

Bande Annonce

Impossible de retranscrire au cinéma la singularité de la langue durassienne. Dans L’Amant, Jean-Jacques Annaud s’en tire en offrant à Jeanne Moreau le rôle de la narratrice, qui reprend en voix off les mots de Duras… Voix magique, mots magiques, qui nous permettent de replonger en images dans le passé de l’écrivaine, lorsqu’elle vécut, à quinze ans et demi, la découverte du désir et les premiers plaisirs de la chair avec un Chinois bien plus âgé qu’elle. Subjugué par la beauté presque irréelle de ses deux acteurs, Jane March et Tony Leung Ka Fai, Annaud parvient à nous faire ressentir jusque dans l’épiderme le désir entre ces deux étrangers dont les corps se trouvent. Dans une atmosphère fiévreuse, parfois voilés par de délicates transparences, les amants baignent dans les chaudes lumières du souvenir, sur les douces notes d’un Gabriel Yared inspiré. Un voyage sensoriel, exotique et érotique.

Disponible en VOD

Voir aussi

En salle le 2 juin

Films
31 mai 2021

Nine Antico, réalisatrice de Playlist

interview

Ce mercredi sort en salle Playlist, premier long-métrage de Nine Antico. L’autrice de BD signe ici une jolie comédie en noir et blanc, avec Sara Forestier dans la peau d’une…

Disponible sur Mubi

Films
6 avril 2021

The Fountain, quinze ans après

Critique

Somewhere Else et Dulac Cinémas unissent leur force pour vous proposer une sélection hebdomadaire de films, accompagnés d’animations pour nourrir votre projection. Cette semaine, retour sur The Fountain de Darren…