Belle de jour

En 1967, le Mexicain Luis Buñuel écorche la bourgeoisie française en adaptant le roman
de Joseph Kessel Belle de Jour, qui tire le portrait d’une femme aux fantasmes
sadomasochistes. À regarder discrètement à travers un œilleton.

Par Olivier Tellier

Temps de lecture 1 min

Belle de jour

Bande Annonce

Séverine et Pierre Serizy forment un couple modèle. Mais voilà, Pierre, interne dans un hôpital, travaille beaucoup et Séverine, elle, s’ennuie dans son appartement cossu. Fouettée, accrochée au tronc d’un arbre, ou salie par la boue qu’on lui jette à la figure, elle tente de combler ses frustrations conjugales par des songes obscurs. Lorsqu’on lui indique la discrète maison de passe de Madame Anaïs, ses rêves deviennent réalité. Devenue Belle de jour, elle assouvit les vices de clients extravagants entre 14h et 17h, et son couple semble renaître. Chignon hitchcockien, garde-robe Yves-Saint-Laurent… le vernis bourgeois que le réalisateur iconoclaste d’Un Chien andalou ne finira pas de gratter est plus beau que jamais. En se jouant des rêves et de la réalité, aiguillé par la blancheur immaculée d’une Catherine Deneuve faussement innocente, à la fois bovarienne et sadienne, l’adepte du surréalisme transgresse les conventions bourgeoises. A voir ou revoir, de jour comme de nuit.

Disponible en VOD

Voir aussi

Disponible sur la plateforme du festival de de Gérardmer : https://online.festival-gerardmer.com/

Films
28 janvier 2021

Possessor

Critique

Avec Possessor, en compétition au Festival international du film fantastique de Gérardmer, le "fils de" Brandon Cronenberg coupe le cordon. Une œuvre haletante de bout en bout, qui marque l’éclosion…

Musée du Quai Branly - Jacques Chirac

Films
5 mai 2021

Kim O’Bomsawin, réalisatrice de Je m’appelle humain

Interview

Transmettre, faire connaître : c’est ce même désir qui anime la cinéaste Kim O’Bomsawin et la poète Innue Joséphine Bacon, figure inspirée et inspirante, sujet principal du documentaire Je m’appelle…