Jacques Rivette en trois films

Duelle, Noroît, Merry-Go-Round

Rivette fait peur. Le réalisateur de La Religieuse ou de La Belle Noiseuse est considéré comme un des chefs de file de la Nouvelle Vague et comme un de ses représentants les plus exigeants voir difficiles. Notamment en raison de la longueur de certains de ses films (12 heures et quelques pour Out 1 en 1971…  Un cas limite).

Par Jacques Braunstein

Trois de ses œuvres de la fin des années 70 ressortent aujourd’hui*. Trois poèmes visuels, trois variations sur les genres qui empruntent au film fantastique : Duelle (1976), au film de pirate : Noroît (1976) ou au film d’espionnage : Merry-Go-Round (tourné en 1978 mais finalement diffusé en 1981). Trois films libres et théoriques, étranges et lysergiques, mais de longueur raisonnable (2 heures et quelques). Ils ont en commun de mettre en scène certaines des plus belles actrices des années 70 : Maria Schneider, Géraldine Chaplin, Nicole Garcia… Ou Bulle Ogier, l’égérie rivettienne par excellence.

“Le réalisateur de La Religieuse ou de La Belle Noiseuse est considéré comme un des chefs de file de la Nouvelle Vague.”

Un voyage au temps où le cinéma essayait des formes nouvelles sans avoir peur de se perdre sur les chemins de traverse.

*Carlotta Films, en salle et en VOD

VOIR AUSSI

Focus
16 octobre 2018

First Man

Loin de l’épopée spatial attendue, First Man décrit la difficile et longue et marche de Neil Armstrong vers la Lune. Explications.

Cult
6 février 2019

Love Stream

Le 6 février. Love Stream ressort trente ans après la mort du réalisateur qui a révolutionné le cinéma américain. L’occasion de revenir sur une filmographie paradoxale, entre ode à la…