La Forme de l’eau

En vert et contre tout

Le film aux quatre Oscars de Guillermo Del Toro est devenu instantanément culte. Est-ce parce qu’il s’inspire de beaucoup d’autres films cultes ?

Par Franck Lebraly

Difficile de ne pas aimer ce film, et c’est tout ce qu’on a à lui reprocher. Tant de sujets traités et tant de traitements avec lesquels on ne peut qu’être d’accord : l’handicapée (muette), l’amie black, l’ami gay, le réfugié qu’on sort de l’eau… L’hommage au cinéma un peu facile : de la comédie musicale au Péplum, en passant par le film de série Z comme L’étrange créature du lac noir (1954) dont il pourrait être la suite. Il y en a vraiment pour tous les goûts. La Forme de l’eau n’a pas vraiment d’histoire, le rythme est monocorde…

“Difficile de ne pas aimer ce film, et c’est tout ce qu’on a à lui reprocher.”

Mais on se régale de la mise en scène impeccable, un peu trop verte, un peu rouge (la complémentaire, facile) et surtout un peu trop propre. Vaut-il tout ses Oscars ? Oui, tant il résume l’esprit de l’époque, bien pensante, un peu démago,… Mais le triomphe du réalisateur mexicain Guillermo Del Toro ouvrira assurément des portes.

VOIR AUSSI