LA ROCHELLE CINÉMA

Rencontre avec Arnaud Dumatin et Sophie Mirouze, les organisateurs du 47e Festival « La Rochelle cinéma ».
Manifestation dont Somewhere\Else est partenaire.

Par Quentin Moyon

Temps de lecture 2 min.

Rochelle Film Festival

Interview

Loin d’être une jeune pousse dans le paysage cinématographique, Le Festival de cinéma de la Rochelle en est à sa 47e édition. Cette expérience lui permet de porter une programmation riche et éclectique, naviguant des origines du cinéma muet avec une rétrospective Victor Sjöström (10 films accompagnés au piano) à la comédie grand public (Louis de Funès et Jim Carrey notamment). Tout en passant par le cinéma de genre notamment au travers du programme Ici et Ailleurs qui présentera une quarantaine de films inédits ou en avant-première.

Des invités inédits
De nombreux invités seront sur place pour nous aider à décrypter leurs œuvres, à commencer par l’actrice Alexandra Stewart (Le Feu Follet, Mickey One…), marraine de l’édition 2019. Mais aussi le maître du « Giallo » Dario Argento (Suspiria, Phenomena, Le Chat à Neuf Queues…). Plus pointu : la directrice de la photographie Caroline Champetier, qui a notamment travaillé avec Claude Lanzmann et Jean-Luc Godard, ou plus récemment avec la réalisatrice autrichienne Jessica Hausner (dont le film Little Joe sera présenté en avant-première).

Hommage aux plus grands
Et le festival organise des rétrospectives de trois personnalités marquantes du 7e art : l’américain, pionnier du nouvel Hollywood, Arthur Penn (Bonnie and ClydeThe Miracle Worker, Little Big Man), la réalisatrice soviétique Kira Mouratova (Brèves RencontresChangement de DestinéeLe Syndrome Asthénique). Mais aussi la star française des studios de l’âge d’or, Charles Boyer (Le BonheurElle et Lui, et L’énigme Charles Boyer en avant-première). La Rochelle donnera également la parole au cinéma Islandais au travers d’une rétrospective de 12 films, parmi lesquels Survivre de Baltasar Kormákur, Woman at War de Benedikt Erlingsson et A White, White Day de Hlynur Pálmason projeté en avant-première.

La Rochelle donne le La !
Enfin, la rencontre entre la musique et le cinéma constituera un vrai point d’orgue du festival. L’occasion de se plonger dans l’univers de certains compositeurs trop méconnus comme le pionnier de l’électro François de Roubaix (Chapi, Chapo, Dernier domicile connu). Mais également d’assister au ciné-concert du film documentaire L’inde fantôme de Louis Malle, créé par David Sztanke connu pour avoir été notamment le compositeur de Quentin Dupieux.

Quentin Moyon

  • Festival
  • La Rochelle

Voir aussi

Le 15/01/2020 en salle

Films
16 janvier 2020

1917

La caméra explore le temps

Près de 15 ans après Jarhead, Sam Mendes retourne sur le front mais quitte la frustration de la Guerre du Golfe pour l’angoisse des tranchées de la Grande Guerre dans…

Le 08/01/2020 en salle

Films
20 janvier 2020

Tommaso

Interview

Le nouveau film d'Abel Ferrara, avec son alter-ego Willem Dafoe, se déroule en Italie où il vit désormais. Un long métrage apaisé et méditatif aux antipodes des mythiques King Of…