Roubaix, une lumière

A l’occasion de la présentation de Roubaix,
une lumière
d’Arnaud Desplechin au festival de Cannes,
nous avons interviewé son compositeur Grégoire Hetzel dans le cadre des rencontres SACEM.

Par Jacques Braunstein
Photos de Thierry Lebraly

Temps de lecture 2 min.

Roubaix, une lumière

Interview

Dans son nouveau film Roubaix, une lumière, Arnaud Desplechin change radicalement de style. Le réalisateur de Comment je me suis disputé ou Rois et Reine délaisse l’autofiction qui signait nombre de ses œuvres pour le polar. Il s’inspire d’un documentaire sur deux meurtrières, ici incarnées par Léa Seydoux et Sara Forestier. Roshdy Zem, impressionnant de justesse, y campe un commissaire habité et Antoine Reinartz (découvert dans 120 battements par minute) un inspecteur débutant, qui nous font partager le quotidien de leur commissariat. Ce film nocturne, qui n’est pas sans rappeler de grandes séries comme Hill Street Blues et NYPD, fonctionne en grande partie grâce à la musique atmosphérique de Grégoire Hetzel. Compositeur habituel de Desplechin qui nous explique comment pour ce film il s’est affranchi de l’aura de son réalisateur et ami.

  • Cannes

Voir aussi

Le 04/12/19 en salle

EventsFilms
9 décembre 2019

Le Meilleur Reste à Venir

Interview

Après Le Prénom qui leur a valu plusieurs nominations et récompenses aux Césars en 2013, Alexandre de La Pattelière et Matthieu Delaporte reviennent avec une comédie douce-amère sur l’amitié. Nous…

Le 20/01/2020 en salle

Films
11 octobre 2019

Adoration

Interview

Maître de l’horreur et du genre à la Française, Fabrice du Welz a présenté son sixième film, Adoration, lors de L’Étrange Festival. Interview