Greg Lansky
A star is porn

VOD. Réalisateur doué et producteur prolifique…
Rencontre avec le français qui a révolutionné le porno US.

 Interview Jacky Goldberg

Temps de lecture 3 min.

Greg Lansky

A Star Is Porn

Interview

Avec sa barbe, ses lunettes Cartier, sa montre en or et ses survêtements de créateur, Greg Lansky a un look bien à lui qui signe sa réussite. En quelques années il est devenu un producteur star de Los Angeles, mais vous n’en entendrez pas parler dans les magazines de cinéma. Son domaine, c’est le porno, celui des plateformes en ligne, qui font parfois regretter aux esthètes du genre les films scénarisés des années 70. Pourtant Lansky est aujourd’hui la référence de cette industrie, le golden boy du porno californien. Producteur, réalisateur, patron de studio, il collectionne les récompenses. Aux AVN Awards (Adult Video News) de Las Vegas, il a été élu réalisateur de l’année en 2016, 2017 et 2018. Et ses trois principaux sites : Blacked, qui met en scène des relations interraciales, Tushy spécialisé dans la sodomie et Vixen, plus éclectique et mainstream, ont récolté des dizaines de statuettes. Tout comme les pornstars avec lesquelles il travaille, les français Manuel Ferrara et Jean Val Jean, ou l’américain Mike Blue ; mais surtout les performeuses Riley Read, Adriana Chechik ou Carter Cruise, qui ont en commun des physiques naturels plus proches de ceux des top models que du cliché de la travailleuse du sexe siliconée.

Esthétiquement,
les films de Lansky évoquent
une Californie rêvée

Esthétiquement, les films de Lansky évoquent une Californie rêvée, piochants dans les clinquantes eighties autant que dans les pages des magazines de mode. Lofts géants immaculés parsemés de quelques meubles design, piscines à débordement, voiture de sport, hommes cravatés et jeunes femmes en robes de créateurs, lingerie élégante… On pense aux films de Sofia Coppola ou de Tom Ford, à une série comme Nip/Tuck ou aux romans de Bret Easton Ellis. Ou encore au porno chic des années 90 (celui des Andrew Blake ou John Leslie), qu’un gonzo de plus en plus cheap semblait avoir envoyé aux oubliettes. L’image est soignée, avec ses longues focales, ses couleurs saturées, ses cadres travaillés, et ses peaux magnifiées…

Lansky vend aux Américains une image fantasmée de leur réalité. Le rêve d’un petit parisien née en 1982 qui, après de courtes études de marketing et quelques stages dans des prods télé, s’est lancé dans l’industrie du film pour adultes sans rien y connaître, avec son ami Mike Adriano devenu depuis le roi du gonzo trash, aux antipodes de son style à lui. Débarqué aux Etats-Unis en 2005, il fait ses classes chez Reality Kings, un des premiers studios à avoir fait le pari de l’Internet, et finit par lancer sa boîte en 2014, alors que l’industrie entre en crise à cause des tubes gratuits.

Si l’industrie du X a la réputation (parfois justifiée, parfois non) d’être un système de domination masculine, les productions de Greg Lansky s’y révélent parmi les plus féministes qui soient, et font la promotion des minorités. Alors que les scènes interraciales mettaient généralement en scène des acteurs noirs grimés en bod boys, forçant plus ou moins de jeunes femmes blanches dans un cadre glauque, il crée Blacked, son premier site. Ici, des hommes noirs bien habillés vivant dans des maisons uxueuses sont le fantasme de jeunes femmes blanches entreprenantes. car dans les films de Lansky c’est généralement les femmes qui décident, agissent et sont les héroïnes des séquences. Une originalité de plus dans son parcours hors norme. Notre journaliste a suivi Greg Lansky à Las Vgas des AVN Awards 2019 avant de l’interviewer longuement dans ses bureaux de Los Angeles…Rencontre avec un artiste Bigger Than Life !

  • Greg Lansky
  • Porn
  • X

Voir aussi