Festival La Rochelle Cinéma 2020

Trois fois La Rochelle

L’année dernière, l’équipe de Somewhere\Else s’était déplacée pour couvrir le Festival
La Rochelle Cinéma. Sous le coup de la crise sanitaire, l’évènement s’est adapté, et
c’est en ligne que débutera fin juin son édition 2020. Avant deux autres
rendez-vous physiques, en juillet puis à l’automne. Présentation !

Par Quentin Moyon

Temps de lecture 5 min.

La 48e édition du Festival La Rochelle Cinéma aura lieu comme prévu du 26 juin au 5 juillet. Mais pas sous sa forme habituelle. Pour répondre aux contraintes sanitaires liées à la crise du Covid-19, le rendez-vous du cinéma de patrimoine a dû imaginer une formule inédite, comme nous l’expliquaient le mois dernier ses délégués généraux Sophie Mirouze et Arnaud Dumatin (à voir ici). Une formule qui s’est précisée depuis : elle se déroulera en trois temps.

Premier acte : une programmation online, en partenariat avec le site de VOD cinéphile LaCinetek. On pourra y découvrir neuf long-métrages et six court-métrages, parmi lesquels des rétrospectives consacrées à Roberto Rossellini et René Clément, des perles du cinéma serbe ou encore un zoom sur la stop motion. Le tout parrainé par Mathieu Amalric, qui présentera au passage Mange ta soupe !, premier long métrage qui marqua ses débuts de réalisateur en 1997, et deux court-métrages filmés par ses soins durant le confinement.

Deuxième acte : parallèlement à ces séances en ligne, la réouverture des salles autorisera le Festival à investir la Coursive, son lieu de projection emblématique, le temps du week-end du 3-5 juillet. Ces deux jours permettront de retrouver un peu de la convivialité qui a fait la réputation de La Rochelle. On y rendra hommage à l’immense Michel Piccoli, moins de deux mois après sa mort le 12 mai dernier, avec la projection du film de Louis Malle Milou en Mai. On pourra également y découvrir deux films restaurés, La jeune Fille à l’Echo d’Arunas Žebriunas et Stromboli, de Roberto Rossellini, ainsi que cinq films en avant-première sélectionnés par l’équipe du festival : À l’Abordage, de Guillaume Brac  ; Eté 85, de François Ozon ; Eva en août, de Jonás Trueba ; Michel-Ange d’Andreï Konchalovsky, et Pingouin et Goéland et leurs 500 petits, de Michel Leclerc.

Après ce week-end in situ, le dernier acte se tiendra quant à lui du 1er au 4 octobre partout en France, dans les salles de cinéma, où s’exportera une programmation alliant films restaurés, ciné-concerts, films pour enfants et courts-métrages. Même forcé par les évènements, ce festival en trois étapes aura ainsi permis de faire rayonner au-delà des frontières de La Rochelle le travail de programmation de l’équipe du Fema. À la clé, un panorama riche et stimulant, où se répondent les images restaurées et les films récents, le cinéma local et venu d’ailleurs, la fiction, le documentaire ou l’animation. Et plutôt trois fois qu’une.

Programmation complète et modalités d’inscription : https://festival-larochelle.org/fr/festival-2020/programmation

Voir aussi

Interview

Films
10 juin 2020

Guillaume Brac

"J’ai besoin de travailler sans filet."

À l’Abordage, le quatrième long-métrage de Guillaume Brac, est en compétition au Champs-Elysées Festival. Le réalisateur d’Un monde sans femmes et Tonnerre fait souffler un vent de liberté sur ce…

NOS 15 FILMS ANTI-CONFINEMENT - JOUR 7

Films
23 mars 2020

Mon voisin Totoro

Disponible sur Netflix

Sorti en 1988, le chef-d’œuvre d’Hayao Miyasaki nous entraîne dans l’imaginaire débridé de deux petites filles livrées à elles-mêmes dans une maison de la campagne japonaise. Un puissant antidote au…